Présentation de la DS

Géraldine me montre la bête (je parle de la Nintendo DS hein, n'imaginez pas autre chose, bande d'otakus finis !!). Elle me décrit les caractéristiques techniques de la console, mais passons. Ce qui nous intéresse réellement, c'est l'utilisation que l'on peut en faire.

La console a deux ports cartouches, qui peuvent fonctionner en parallèle : une pour les cartouches DS et l'autre pour les cartouches GBA ou des périphériques DS (comme le tuner télé, cf. les archives de Nintenblog).

Elle est aussi dotée d’un micro intégré, on pourra ainsi jouer avec la voix, et peut être même s’en servir pour dialoguer a distance comme un talkie-walkie (avec le wifi).

Par contre, je n’ai pas vu de prise pour brancher un micro. Dommage, on aurait bien aimé pouvoir jouer avec un casque-micro.

Le wifi

La console est dotée du wifi, mais le protocole utilisé est un protocole propriétaire à Nintendo. Toutefois, je pense que très vite, quelqu’un va trouver la parade pour permettre à un PC de communiquer avec la DS. (NDLR : c'est déjà le cas : Bandaï a annoncé avoir relié la DS à un PC)

La portée est entre 10 et 30 mètres selon l'environnement. Ainsi, on peut sonder autour de soi les DS branchées, aller dans des forums virtuels pour discuter et surtout jouer en ligne. Effectivement, à quoi cela servirait d'user de la batterie pour discuter avec le voisin ! Mais bon, comme on est de gentils otakus, tout contact social peut être source d'une crise d'agoraphobie, alors restons sagement devant nos deux petits écrans.

Une fois connecté avec la ou les personnes, grâce au stylet, on peut pointer sur les touches du mini clavier virtuel ou faire des petits dessins. On peut même récupérer le dessin de l’interlocuteur et le modifier avant de le renvoyer. Rien qu’avec ça, on peut jouer au morpion…

Le mode multi joueurs

Une fois décidés sur le jeu auquel on veut jouer, la console maîtresse - celle qui a la cartouche originale - lance le jeu. Les autres joueurs doivent s’y connecter pour télécharger le jeu. Le temps de chargement est assez rapide.

En pratique, on n’a donc besoin que d’une seule cartouche du jeu pour jouer a plusieurs.

Prise en main de la DS

La console est relativement lourde, donc, je ne pense pas qu’elle soit très adaptée pour jouer durant des heures d’affilées.

Les pads répondent bien - c’est du Nintendo quand même -. Le placement des boutons de droite permet de les utiliser pour la direction. C’est intéressant pour les gauchers, même si la plupart de ceux que je connais se sont habitués à jouer avec la direction à gauche.

L’écran tactile est utilisable avec les doigts nus, mais ce n’est pas très précis. Le stylet ou la dragonne sont plus adaptés. Justement, voila un des points forts de la DS : la dragonne, elle comporte un petit bout de plastique dur bombé qui se mets sur le pouce :

Et là, sur le jeu Metroïd, cela prends tout son sens. Ayant déjà joué à des FPS sur console, je préfère de loin jouer sur PC : la souris étant plus précise. Mais avec la Nintendo DS, on atteint un nouveau palier dans la précision et le feeling de jeu. Et là, j’ai eu une révélation : et si la Nintendo DS pouvait servir de manette pour la Gamecube - ce que fait déjà la GBA -, ce serait fabuleux pour les jeux de FPS !!

Seul bémol, pour ceux qui ont de petites mains : on ne peut pas avoir la console bien en main et manœuvrer la dragonne en même temps.

Conclusion

J’ai eu un très bon feeling sur cette nouvelle console de Nintendo.

Je m’imagine déjà en train de jouer sur Gamecube avec la DS comme manette. On pourrait jouer en réseau sans fil, la DS faisant le relais wifi …

C’est beau de rêver, et Nintendo va frapper fort avec la DS.

Maintenant, il reste à savoir si Nintendo va concrétiser l’attente des joueurs. Nous le saurons courant 2005.

Merci à Laboite com concept pour son accueil.


article par : pandaMan (reporter de choc et de charme pour le NintenBlog)

Voir la galerie de photos du Show Room Nintendo DS ...