Le premier niveau présente les upgrades d'engrenages qui permettent de changer de "vitesse" (jusqu'à 3), la dernière étant la plus puissante et la plus longue à s'épuiser (on ne peut visser indéfiniment mais seulement le temps d'un barre qui se remplit puis se vide).

A la fin de chaque niveau on les perd (c'est vaguement justifié la première fois par le fait que votre véhicule est complètement usé après le combat contre le boss et tombe en morceaux, éparpillant du coup les engrenages) mais c'est surtout une excuse pour devoir les récupérer à chaque fois et ainsi créer des zones qui ne seront accessibles que dans la dernière partie de chaque niveau.

On peut forer dans toutes les directions, forer vers le bas permettant par exemple de rebondir sur certains blocs ou sur des ennemis. Il y a d'autres subtilités comme le fait que forer un bloc à pleine puissance vous propulse en avant une fois le bloc détruit, ce qui permet de traverser un précipice du moment qu'on parvient à planter la foreuse dans le bloc suivant pour prolonger le mouvement.

Les boss sont plutôt faciles et évidents (comme le reste du jeu d'ailleurs), mais en l'espace de 2 mondes j'ai bien vu que la barre grimpait progressivement donc je ne m'en fais pas de ce coté-là.

Idem pour le sens de rotation gauche/droite dont la distinction est inutile au départ mais de plus en plus de mécanismes y font appel ensuite:

Un petite séquence obligeait par exemple à brancher la foreuse dans un mécanisme qui commande la direction du jet d'une fontaine, tandis qu'un boss au-dessus balancait des bombes volantes. Il fallait du coup utiliser L et R pour déplacer le jet et éteindre les bombes à mesure qu'elles descendaient.

Un autre niveau comprenait un énorme coffre-fort dont il faut composer la combinaison, genre trois tours à gauche, six tours à droite... toujours grâce à la foreuse.

En plus de tout ça, de nouveaux blocs font régulièrement leur apparition, comme des visses (qui dépassent d'un coté, bloquant le passage, et qu'on visse ou dévisse, faisant du coup dépasser la visse de l'autre coté, ce qui peut servir de plate-forme) ou des blocs de gélatine indestructibles (auxquels on reste accroché tant qu'on visse/fore, il suffit alors de donner un coup de visse dans le sens opposé pour être éjecté et atteindre des plate-formes inaccessibles autrement). Je remarque aussi que les premiers niveaux contiennent plusieurs blocs avec lesquels on ne peut interagir au départ, donc il faudra à coup sur revisiter les mondes précédents une fois de nouvelles capacités débloquées.

Les niveaux sont toujours des lieux qu'on vient piller (banque, musée, temple...) à la recherche de diamants si j'ai bien compris (et de tout le plomb(?) qu'on peut récupérer au passage à chaque bloc ou ennemi détruit).

Le tout est emballé dans un design très réussi et une trame dont les personnages interviennent régulièrement pour donner un peu de contexte.

Je ne pense pas y retoucher avant de mettre la main sur une cartouche US ou Européenne, parce que d'une part on perd pas mal à ne rien comprendre (la combinaison du coffre est donnée dans des mémos acrochés aux murs par exemple, et les personnages ont l'air suffisamment excentriques pour rendre l'histoire un minimum intéressante) et d'autre part parce qu'après Wario Ware Twisted (décidément ^^) j'ai repris concience de ce que pouvait apporter la vibration. C'est devenu une fonction par défaut dans les jeux de salon, sans véritable souci d'en faire quelque chose d'utile ou de particulier, mais Wario Ware parvient très simplement à donner la sensation physique qu'on manipule un mécanisme pivotant et j'ai l'espoir que dans un jeu basé sur une visseuse/foreuse ça dépasse le coté gadget auquel on est habitué.


Merci à Ole pour son avis et son accord pour publier son avis sur le Nintenblog.

Visiter le site officiel de Screw Breaker (japonais)